Cinéma : Plaire, aimer et courir vite.

Il y a tant de raisons pour aimer « Plaire, aimer et courir vite », le nouveau film de Christophe Honoré.

On peut tout d’abord l’aimer parce que cette histoire d’amour ébauchée en ce début des années 90 entre Arthur, jeune breton vibrionnant plus ou moins étudiant, à l’orientation sexuelle encore un peu flottante, et Jacques, écrivain dandy parisien se sachant condamné par le sida, est un mélodrame déchirant, une histoire à peine esquissée entre un jeune homme plein de promesses, à l’aube de sa vie , et un homme encore jeune qui se prépare à mourir et qui hésite à vivre un dernier amour, et en même temps une histoire éternelle, universelle.

On peut aimer ce film aussi parce qu’on rit beaucoup, malgré la gravité du sujet. La danse de séduction à fleuret moucheté entre Arthur et Jacques est absolument irrésistible.

On peut l’aimer  pour l’écriture et la mise en scène sensible de Christophe Honoré qui a mis beaucoup de lui et de sa jeunesse rennaise dans ce film oscillant entre Paris et la Bretagne.

On peut également l’aimer pour l’interprétation parfaite d’acteurs en état de grâce , le toujours excellent Pierre Deladonchamps dans le rôle de Jacques, l’inattendu Vincent Lacoste  dans celui d’Arthur et Denis Podalydès, qui interprète le voisin et ami de Jacques.

Ou alors, on peut juste aimer cette oeuvre magnifique pour ce gros plan d’une rose, un petit matin d’été, dans Paris.

Un film bouleversant, d’une folle intensité romanesque, placé discrètement par son auteur sous les auspices de François Truffaut. Un film à voir d’urgence. Ma Palme d’or à moi !

Théâtre : Le Jardin d’Alphonse

Reprise au Théâtre Michel de la pièce à succès de Didier Caron, « Le Jardin d’Alphonse ».

L’argument en est tout simple : Le vieil Alphonse vient de mourir de sa belle mort, et le jour de ses funérailles, son fils, sa belle-fille, ses trois petits-enfants et leurs conjoints, plus un couple d’amis, se réunissent dans le jardin de sa maison de Bretagne, au bord de la mer.  L’occasion de retrouvailles familiales parfois houleuses, l’occasion également  d’évoquer des secrets de famille un peu tabous, comme l’attitude d’Alphonse pendant l’Occupation ou les relations compliquées de la fragile Magali avec son père, tandis que plane l’ombre douce et mystérieuse de Jeanne, la défunte épouse d’Alphonse …

Une histoire de famille écrite avec finesse et sensibilité, une pièce oscillant subtilement entre rire et émotion, un joli parcours aussi vers la lumière et une forme d’apaisement. L’interprétation est parfaite, avec une mention particulière pour l’excellente Karina Marimon, irrésistiblement drôle dans le rôle d’une cruche sépharade,  fan de Mike Brant.

Un vrai bonheur de théâtre, intelligent et profondément humain, à ne surtout pas manquer.

Théâtre : 31

Dans l’atmosphère intimiste du Studio des Champs-Elysées se joue en ce moment « 31 », une « comédie (musicale) » de Gaëtan Bord et Stéphane Laporte dans une mise en scène de Virginie Lemoine.

« 31 », comme 31 Décembre : de réveillon en réveillon, en remontant le temps, se dévoile par petites touches, l’histoire à rebours d’une amitié entre quatre personnages attachants, une histoire d’amitié avec ses ambiguités, ses agacements et ses secrets.

Entre rire et émotion, le brillant et romantique Anthony « Titoune », artiste frustré en quête de son prince charmant, sa cousine, la sérieuse Stéphane (comme Audran ! ), dotée d’un caractère bien trempé, l’autoritaire Victoire, fantasque et généreuse, et Ruben, beau ténébreux un peu paumé, nous emmènent à la découverte des liens profonds qui les unissent, tandis qu’en filigrane se dessine une histoire d’amour secrète et bouleversante.

Au fil de petites scènes ponctuées de chansons bien troussées reflétant l’état d’esprit des protagonistes, les auteurs traitent de la difficulté, parfois, de devenir adulte, et nous disent l’importance, dans nos vies, des familles que l’on se choisit, et qui nous aident à tenir debout lorsque soufflent des vents contraires.

Remarquablement écrit, interprété et mis en scène, ce spectacle ne pourra pas vous laisser indifférent . Précipitez-vous au Studio des Champs-Elysées et laissez-vous entraîner dans le tourbillon de la vie de ces « 4 fantastiques », chaperonnés par la redoutable Tata Yaël (reine du saut à l’élastique !!), vous allez rire et pleurer, comme dans la vie.

 

Olivier a vu : Blanche Gardin

Blanche Gardin est, à mon sens, l’humoriste qu’il faut absolument découvrir, si ce n’est déjà fait.

Blonde et gironde, d’apparence douce et classique, elle compose sur scène un personnage de presque-quadragénaire cynique et désabusé qui passe en revue, sans temps mort, les sujets les plus variés et les plus improbables, voire les plus scabreux ! La dame a en effet l’art de débiter les pires horreurs sur le ton le plus paisible qui soit, pour la plus grande joie du public, hilare du début à la fin.

Si vous voulez rire pendant plus d’une heure, précipitez vous pour applaudir Blanche Gardin, la reine de l’humour trash, dans son one-woman-show « Je parle toute seule », jusqu’au 26 Juin à la Nouvelle Seine, quai de Montebello.

Ames sensibles s’abstenir,  plus jamais vous ne regarderez votre chaton du même oeil ….

 

Olivier a vu

L’Art de la Fugue, film réalisé par Brice Cauvin, qui est l’adaptation réussie d’un délicieux roman de l’auteur américain Stephen McCauley.

Cette comédie douce-amère nous conte les tribulations sentimentales de trois frères à la trentaine bien entamée et à l’immaturité affective réjouissante, couvés par des parents très intrusifs.

Gérard, l’ainé, fan de Mireille Mathieu au chômage, sombre dans la déprime après s’être fait larguer par Hélène, la femme de sa vie.  Antoine, flanqué d’une meilleure amie et associée au goût vestimentaire improbable, s’ennuie poliment en couple avec le gentil Adar; il s’enflamme pour le joli et inconstant Alexis au moment ou son chéri lui propose d’acheter une maison. Quant à Louis, le cadet, il vit une passion brûlante avec une brune et mystérieuse créature alors qu’il s’apprête à convoler avec la blonde et parfaite Julie, chouchoute de ses futurs beau-parents.

L’interprétation est parfaite (Benjamin Biolay, Laurent Lafitte et Nicolas Bedos dans la peau des trois frangins en pleine confusion des sentiments, la formidable Marie-Christine Barrault dans le rôle de la mère  loufoque et très, très, très envahissante,  Agnès Jaoui en meilleure copine exubérante) et l’on retrouve avec bonheur dans ce film la petite musique à la fois drôle, tendre et mélancolique des romans de Stephen McCauley, qu’il est urgent de relire ou de découvrir.